Le champagne pas cher en évolution

La consommation de champagne est généralement devenue une consommation événementielle (fête de fin d’année, mariages…). Aujourd’hui, les consommateurs sont plus attentifs et veulent donner du sens à leur consommation. Plus exactement, ils vont vers une consommation du champagne plus équilibré, plus varié et pas cher. Face à ces évolutions de consommation qui s’observent en particulier sur l’univers des boissons, le champagne possède également de nombreux atouts pour répondre à ces attentes, en confortant son image d’excellence, de prestige et d’authenticité.

Le coût du champagne diminue dans une grande distribution

L’ensemble de la grande distribution offre un prix exceptionnel, en faisant une solderie ou une promotion, à toutes catégories de produits (en particulier les champagnes) qui se trouvent dans le rayon du magasin. Ces ventes ne cessent pas d’augmenter légèrement les chiffres d’affaires des distributeurs. La croissance du CA est liée à la valorisation des achats sous l’influence des choix des consommateurs. Par exemple, les foyers diminuent le nombre d’articles dans leurs paniers, mais dépensent plus par unité en privilégiant des marques nationales (comme le champagne). Ces résultats reflètent le changement d’attitude des consommateurs. Ces consommateurs, en recherchant le mieux, s’orientent vers d’autres produits qui ne sont pas chers. Les ventes de champagne au sein de la grande surface sont devenues alors remarquables. En voyant le prix promotionnel d’une bouteille du champagne, les consommateurs font l’achat pour réduire ses dépenses au lieu d’acheter un même produit qui est coûté. L’achat de champagne constitue un acte peu fréquent par an. Il présente une dimension saisonnière forte, car plus d’un quart des acheteurs de champagne achètent au moins une bouteille. Au-delà de la qualité du produit, sa présentation en point de vente se révèle capitale pour cet achat rare.

Quels sont les phénomènes qui caractérisent les prix des champagnes ?

D’abord, le chiffre d’affaires a été préservé malgré un recul significatif des volumes de champagnes présents dans le rayon du magasin. Cela s’explique par la baisse sensible des bas prix. Une telle diminution a également été constatée sur plusieurs autres marchés. Le Royaume-Uni par exemple, où cette contraction s’observe aussi, subit l’impact du Brexit. La chute de la livre sterling qui a renchéri le prix des produits importés, notamment du champagne, a provoqué le recul des expéditions. Ensuite, la progression de l’export de champagne se poursuit grâce au dynamisme d’un large nombre de destinations. Sur ces marchés, la croissance est portée par la diversification des cuvées. Enfin, l’évolution de l’ensemble des devises en cours d’année a impacté les résultats des exportateurs et affecté leurs relations avec leurs importateurs et clients. Dans un monde toujours imprévisible, les producteurs de champagnes doivent s’adapter aux attentes des consommateurs qui évoluent de plus en plus rapidement. Quelques tendances universelles, fortes et probablement durables se dessinent : préoccupés par leur bien-être et par une consommation responsable, les consommateurs souhaitent se faire plaisir en consommant les champagnes moins chers. Le marché du champagne vit alors une crise sans précédent. Il est nécessaire qu’il s’habitue aux comportements du consommateur. Ce phénomène pourrait ternir l’image du champagne.

Articles connexes